Valchevrière pour ne pas oublier


Récit de la sortie :

Il fait beau mais c'est la désolation. Les ruines s'écroulent au fil des ans et pourtant elles sont le témoin de l'horreur et de la résistance.

" C’est ici que la Résistance connut l’un des épisodes tragiques de l’été 44. L’armée nazie s’attaque à l’un des passages clés pour accéder au sud Vercors, après un premier assaut repoussé la veille.

Retranché avec sa section dans ce hameau déserté de ses derniers habitants, le lieutenant Chabal est pris au piège, « à un contre vingt » décidé à lutter sans se rendre, il fut touché à 11 h et, avant de mourir, parvint à faire disparaître le calepin où étaient consignés les noms de ses hommes.

Les nazis brûlèrent alors ce qu’il restait du hameau mais ne touchèrent pas à la chapelle du XIXe siècle toujours debout.

De ce 23 juillet, certains en réchappèrent malgré tout, dont Marc Riboud. Devenu un des plus grands photoreporters du XXe siècle, il était revenu sur les lieux en octobre 2011 à 88 ans". (source Dauphiné libéré)

 



Commentaires

Portrait de Fevrier Maryse

merci pour ce beau témoignage

Pages